Ce navire d'un nouveau type fut construit en 1891, à Nantes par les chantiers Oriolle. Il mesurait 52.8m pour 8.5m de largeur et un tirant d'eau de 3.6m. Il jaugeait 473tx. Il était propulsé par deux moteurs triple expansion qui animaient deux hélices situées presque au centre du navire.
Son armateur était la " Compagnie parisienne de navigation" qui l'utilisera entre le nord de la France et Bayonne.



Navire semblable au louvre

Sous les ordres du capitaine Audureau, dans la nuit du 27 octobre 1892, le vapeur se trouve au sud de la pointe de Penmarc'h . La brume puis le mauvais temps y règne, un très fort vent de Sud-Ouest soulève une très gros houle et des bourrasques de pluie masquent presque complètement la visibilité.
Venant de Bordeaux à destination de Paris, le navire vient se fracasser sur une roche nommée "Ar Guisty" située dans le Sud-Ouest de Lesconil à environ 1.7 nautique de la côte.
Le 28 octobre à 7h du matin le sous patron du canot de sauvetage de Lesconil, Théodore Goulard, est prévenu par l'intermédiaire d'un marin pécheur, qu'un naufragé a gagné la côte accroché à une épave, informant que son navire avait sombré dans la nuit et que plusieurs autres marins sont réfugiés au beaupré.
Immédiatement, le canot est armé et mis à l'eau. A 9h30, les sauveteurs arrivent sur le site pour constater que le navire a totalement sombré et que seuls les hauts des mâts émergent de l'eau. Une recherche des survivants est entreprise mais les conditions très mauvaises et la présence de nombreux vestiges du drame, ne permettent pas de récupérer d'autres hommes.

De retour à leur abri vers 11h, les canotiers apprennent que deux autres naufragés ont réussi à gagner également la côte, accrochés à des épaves. Le reste de l'équipage est supposé disparu, soit 13 personnes.

 

Aujourd'hui les restes du vapeur reposent par environ 15m de profondeur au pied de cette roche. La position de cette épave est connue mais n'est pas diffusée car des recherches archéologiques sont en cours.