Le "PARAHYBA" était un cargo mixte à vapeur uruguayen construit en Grande Bretagne à Pallion par les chantiers "Doxford & Sons" en 1889. Il est construit pour le compte de la Co "A. Lanfranco" sous le n° de coque 187, est mis à l'eau le 15 Juin 1889 et rentre en service au mois d'août.
Ce navire mesurait 94.50m pour 11.70m et 5.50m de creux. Il jaugeait 2606t et était propulsé par un moteur triple expansion de 226nhp.


Extrait du Lloyd's register de 1894


Navire semblable au Parahyba

Comme le "Klampenborg", le 19 janvier 1917, il croise la route de l'UC18 au large d'Audierne. Cette fois, le cargo sera coulé par des charges explosives placées dans ses cales par le commando de prise. Cette technique était utilisée afin d'économiser les munitions traditionnelles, torpilles et obus. Le navire était stoppé par des coups de semonce et évacué de son équipage avant l'explosion.


charge explosive (document extrait du livre "Plongée en côte d'Opale" p68 d'Alain Richard)

Ce commando s'emparait le plus souvent des papiers du bord et parfois mettait main basse sur des denrées fraîches avant d'envoyer par le fond le navire ennemi.
Ses charges, le plus souvent 2kg de picrite, étaient munies d'une système de mise à feux à retardement.

Aujourd'hui l'épave repose par environ 50m de profondeur à 8.13 milles nautiques dans le 222° du port d'Audierne à la position (wsg84) 47°53'779N 004°42'103W . Elle est enregistrée par le Shom sous le n°14574014.
Revue Océans N° 265 (janvier - février 2002), page 105 :
A faire plutôt à marée basse de gros coefficient. Le site est original. L'épave est coincée dans un grand canyon entre les rochers. Traditionnellement, la gueuse est mouillée dans une petite saignée perpendiculaire que l'on suit jusqu'à l'apparition des premières ferrailles. On découvre alors une hélice de secours, posée à plat, puis deux grosses chaudières à quatre foyers. La machine à triple expansion est couchée sur tribord et contre elle repose le condenseur éclaté qui laisse apparaître les tubes de circulation d'eau. En suivant l'arbre d'hélice, on rejoint la poupe couchée sur tribord. L'hélice quadripale est en place. Le secteur de barre repose sur le fond vers -51m au pied de l'hélice.

Galerie photos de l'épave